On jouait déjà avant ta naissance, donc on a raison

Genre: Arcade/aventure • Editeur: Enix • Date de sortie: 21 novembre 1990

Actraiser

Par • le 26/11/2010 • SNES, Tests & previews • Exemplaire du jeu payé avec nos sous •

Actraiser est un jeu exceptionnel à plus d’un titre. D’abord, parce qu’il fut l’un des tous premiers jeux tierce-partie de la Super Famicom à sa sortie en 1990 ; ensuite, parce que sa réalisation était exceptionnelle pour l’époque ; enfin, parce qu’il s’agissait d’un jeu au concept vraiment original : de l’arcade/stratégie. Pour moi, il a également une saveur particulière, puisque c’est le premier jeu d’aventure auquel j’ai joué en japonais. Je n’y comprenais rien, mais j’avais la soluce de Console Plus pour m’en sortir, heureusement !

Si vous avez envie de vous prendre pour Dieu, Actraiser est pour vous. Mais attention, ce n’est pas un dieu pénible qui doit constuire des trucs et voir des peuples s’entretuer sur des millénaires. Non, ici, c’est un dieu sympa qui visite son monde façon Yann Arthus-Bertrand mais avec un nuage à la place d’un hélicoptère. C’est d’ailleurs l’occasion de tester les fameux zoom en mode Seven qui ont rendu célèbre la Super Famicom, vraiment très impressionnants pour l’époque. Le monde contient 6 contrées différentes, et au début les actions sont assez limitées. Vous ne pourrez en fait qu’envoyer votre esprit sur terre, sous la forme d’un guerrier armé d’une épée.

Commencent alors les phases d’arcade : une vue 2D façon Castlevania, des décors fort beaux dans l’ensemble (parfois des arrière-plans un peu vides),  et on se dirige vers la droite en éliminant tous les ennemis qui passent. Comptez entre cinq et dix minutes pour finir chaque niveau, et il y en a une douzaine (2 par contrée) avec des boss originaux et parfois assez velus. Mais attention : il faut être bon et rapide, car vos performances auront un impact sur la suite du jeu !

Une fois le niveau terminé, vous descendez donc dans la contrée alors déverrouillée sous la forme d’un petit ange (un chérubin, comme on dit) qui va vous aider à faire prospérer votre peuple. On se retrouve alors dans une sorte de Sim City (en bien moins évolué quand même) où vous devrez décider des directions des routes à faire construire, tout en détruisant cailloux, marais ou la neige qui empêchent la progression de votre peuple. Un concept simple, mais hyper addictif, et on a vite fait d’essayer de construire des villes les plus complètes possibles. Si vous prenez soin de votre peuple, il évoluera, grandira, vous proposera des offrandes (parfois indispensables pour débloquer certaines situations)… Il faudra aussi le diriger vers les antres des monstres qui parfois viendront leur pourrir la vie, mais que vous pourrez dégommer à l’aide de votre petit arc tout meugnon. Une fois atteinte, l’antre sera scellée, et si toutes sont ainsi éliminées, un autre niveau arcade apparaitra, et là il faudra combattre le gros big boss du monde.

Techniquement, les décors sont très propres, parfois vraiment très beaux (la forêt de Fillmore, miam), l’animation fluide malgré un personnage un peu raide dans les séquences arcade (sans pour autant que ça entâche trop la jouabilité). Et surtout, surtout, les musiques, signées Yuzo Koshiro, sont un vrai chef-d’œuvre, incroyablement rythmées, mélodieuses, toujours adaptées à la situation, et parfaitement jouées par le petit coprocesseur made in Sony de la Super Famicom. Et franchement, on prend toujours beaucoup de plaisir dans ce jeu qui a parfaitement su doser arcade et stratégie dans un mélange vraiment original. Il a eu droit à une version II, malheureusement ratée, snif.

En tout cas, Actraiser est une valeur sûre de la Super Famicom,  à (re)découvrir !

Il y a tout juste vingt ans que la Super Famicom est entrée dans nos cœurs. Actraiser fut un des tous premiers jeux et parmi les plus originaux de la console. Et sa musique reste toujours aussi mémorable.

est joueur depuis 1987. Fan de la Super NES, ancien membre des forces d'élites des Trucs et Astuces de Player One, GG jure surtout par Big N pour le jeu et la Pomme croquée pour le reste.
Email | Tous les posts de

6 commentaires »

  1. Je l’avoue: je n’ai strictement jamais réussi à le terminer. Le dernier niveau, durant lequel on enchaîne les boss précédents avant de se taper le boss de fin ultra balèze, a toujours eu raison de moi. Si je le retentais sur émulateur avec des save state, à la rigueur…

    Sinon je ne trouve pas Actraiser II raté, enfin pas entièrement. Déjà il est absolument sublime visuellement, un des plus beaux jeux de la console avec Tales of Phantasia et Seiken Densetsu 3. Certes l’emphase est mise sur l’action avec un panel de possibilités quand même plus large et un gameplay moins rigide que le premier épisode. Je pense qu’il a surtout déçu parce qu’il mettait de côté cet aspect « hybride » entre action et gestion qui avait fait sensation lors de la sortie du premier, même si la gestion dans le premier est toute relative: ce n’est pas Sim City non plus, on te demande juste de déblayer le terrain et ensuite les habitants construisent toujours de la même manière.

  2. Un des premiers jeux de Super Nes que j’ai découvert quand j’ai mis la main sur un émulateur, normal, j’ai commencé par le début la liste des roms triée par ordre alphabétique.

    J’ai accroché à ce cocktail plutôt réussi, avec une vraie difficulté pour les partie arcade, notamment dû au fait que le guerrier a des déplacements plutôt rigides, notamment lors des sauts pendant lesquels on ne peut pas changer de trajectoire.

    Et puis provoquer un tremblement de terre pour forcer ses ouailles à construire des maisons en pierre qui accueillent plus de population, ça n’a pas de prix.

  3. Seulement 4/5 alors que rien que pour les musiques, il mérite un point de plus !

  4. @sseb22 : ouais, je sais, mais faut bien noter un peu sévère, sinon je n’ai aucune marge pour les jeux encore un cran au dessus :) Et Actraiser n’est pas parfait, car comme je l’ai déjà dit, certains décors étaient quand même un peu vides, et la maniabilité parfois un peu limite (le perso est quand même rigide).

    @kwyxz : un point que je n’ai pas mentionné : la version jap’ est il est vrai plus facile que l’US. Maintenant, le boss final en US n’est pas infaisable, mais c’est vrai que c’est chaud (en version hard, c’est limite infaisable si mes souvenirs sont bons, mais j’aime pas jouer en hard).

    Après, Actraiser 2, j’ai réessayé récemment, ben je peux pas. Le fait d’avoir justement supprimé ce qui faisait l’originalité du titre était très dommageable, et la maniabilité m’a toujours exaspéré. Et c’est dommage parce qu’il est vrai qu’il était très beau. Mais j’ai abandonné à chaque fois après quelques minutes du jeu, parce que dur, c’est bien, trop dur, ben c’est juste trop dur.

    @Hypolite : Oui, cette astuce-là était juste excellente et highly amusing :)

  5. Ce jeu est extra. Par contre j’ai jamais pu passer ce pré boss de fin où il faut se retaper tous les boss précédents, c’est atrocement atroce.

    Tout le reste roxxe.

  6. Acheté a la sortie de la SFC et plié en bonne et due forme dans le mois de l’achat (peu de temps avant que je reçoive mon pilotwing qui m’a rendu fou pour finir la dernière mission action avec l’helico^^), le tout freiné par l’incompréhension des textes et indications^^
    mais qu’est ce que c’était bon, cette BO monumentale (dans la pyramide, une zike belle a en pleurer…) la zike sur le générique de fin était totalement grandiose, épique, prenante, fabuleuse.
    Dans un autre registre la fausse suite qu’était soulblazer avait aussi une BO absolument fabuleuse.
    Bref un jeu MYTHIQUE.

Ajouter un commentaire