On jouait déjà avant ta naissance, donc on a raison

Genre: Plateforme • Editeur: Sega • Date de sortie: 12 Novembre 2010

Sonic Colours

Par • le 17/12/2010 • À la une, Tests & previews, Wii • Exemplaire du jeu fourni par l'éditeur •

Bon, j’ai un léger historique avec Sonic. Après une enfance vécue à la NES, j’ai quand même passé toute l’ère 16-bit à faire des bisous à ma Megadrive, faisant fi de la Super d’en face qui avait bien trop de couleurs sur sa manette. Je m’égare, mais c’est pour que vous compreniez bien que Sonic et moi, c’est serious business. J’ai frissonné sur Marble Zone, dansé le smurf sur le thème de Metropolis Zone, me suis entraîné au beatbox en dévalant les pentes de Ice Cap Zone et ai donc grandi avec Sonic, que je peux facilement placer comme une de mes idoles des 90′s, au même titre que Michael Jordan ou Fido Dido. Bref, on ne chie pas sur mon enfance, et c’est pourtant ce que s’est evertué à faire Sega pendant ces 10 dernières années.

Sur consoles de salon, il ne restait guère que Sonic Adventure 2, pour garder doré le blason du hérisson bleu. Puis vint la triste et vilaine mort de la Dreamcast, pareille à un cercueil pour notre héros, chaque nouveau jeu étant un clou de plus pour sceller cet écrin d’acajou. On a eu Shadow the Hedgehog, Sonic Heroes, Sonic Riders, l’IGNOBLE Sonic 2006 (où l’idole des jeunes s’essayait au sexe interracial en roulant des galoches à une humaine) puis un espoir avec Sonic Unleashed, finalement aussi cassé et ennuyeux que ses prédécesseurs. Sonic se jouait alors uniquement sur consoles portables, les épisodes GBA et DS s’avérant particulièrement réussis. Inutile de dire qu’alors la franchise était devenue un running gag à elle toute seule, les fans ayant même créé pour l’occasion le Sonic Cycle. Puis vint Sonic 4, « pas si horrible que ça » et l’annonce de Sonic Colo(u)rs.

ELLE PUE DE LA GUEULE, TON HISTOIRE.

Pensez donc. Un Sonic exclusif Wii et DS. On m’a déjà baisé une demi douzaine de fois en me prenant en traître et maintenant on ne prendrait même plus le soin de me tendre un piège ? Au moins pour Sonic Unleashed, j’y avais cru. Non mais les mecs, faites un effort, quoi. Je vais quand même pas commencer à baver sur un Sonic avec marqué « casual » un peu partout sur la gueule sous prétexte que les couleurs sont jolies et que le trailer va vite, hein ! Et puis si vous croyez que j’ai pas remarqué que vous avez remplacé les shitty friends par des aliens informes et colorés ! Hein ? Pardon ? Les reviews sont bonnes ? Les joueurs semblent apprécier ? Même les fans hardcore ? NON MAIS CA VA PAS ?

Et c’est ainsi que je commençais Sonic Colours.

HAHA ! JE LE SAVAIS !

Le premier contact n’est d’ailleurs pas forcément des plus positifs. S’il faut donner un bon point à la Sonic Team pour nous balancer directement in medias res, sans intro débile ni blabla relou, on démarre tout de même sur une séquence speed mais vide, une maniabilité un peu glissante, un level design peu inspiré et un rythme pas super maîtrisé, la marque parfaite des jeux faisant partie du Sonic Cycle. Et puis quand même, on se dit que c’est joli pour de la Wii. Et puis ça bouge bien ! Et il faut avouer que la direction artistique envoie pas mal. Oh tiens, un badnik à l’ancienne ! Et puis dis donc, la musique est sacrément cool ! Continuons un peu.

QUI A MIS UNE DREAMCAST DANS MA WII ?

En effet, la grosse erreur de ce Sonic Colours est d’attendre la deuxième zone pour en mettre plein la gueule. Le premier monde est une sorte de mise en jambes, un mauvais tuto sans texte, et en même temps, il y a quelque chose d’intrigant qui donne envie d’en voir un peu plus. Mais cela se fera au prix d’un peu de courage et d’abnégation. Parce que les zones font maintenant 6 actes (plus le boss), et il faudra bien une petite heure de jeu pour se rendre compte qu’en fait le level design est brillant, qu’on prend mieux le jeu en main et que si le rythme reste haché, c’est tout simplement que ce Sonic est aussi bien basé sur les rides ébouriffants que sur l’exploration.

HOVER! DRILL! CUBE!

A partir des zones 2 et 3, on découvre un peu mieux les aliens et les différents pouvoirs qu’ils vous confèrent. Chaque couleur correspondra à un pouvoir différent permettant de vous envoler, de percer le sol, de détruire des obstacles précis et bien d’autres choses encore. Et au fur et à mesure qu’on avance, on se rappelle qu’on avait vu une cloche verte dans la première zone. Cela voudrait-il dire que si j’y retourne je pourrai maintenant m’envoler et choper cette pièce rouge qui me manquait ? Pour sûr, mon con. C’est même la principale mécanique de gameplay du jeu.

Le premier run de Sonic Colours ne sert qu’à découvrir les niveaux, se familiariser avec les contrôles et débloquer les différents pouvoirs. La partie immergée de l’iceberg consiste à se refrapper tous les actes pour découvrir les fameuses 6 pièces cachées dans chacun d’entre eux. Et tout de suite, la première zone prend une toute autre saveur et la durée de vie du jeu se retrouve démultipliée sans que cela semble artificiel .

FASTER THAN LIGHTNING!

Et ce n’est pas parce que ce Sonic Colours se concentre sur l’exploration qu’il a oublié les phases de vitesse et d’adrénaline pure. Une fois que vous aurez appris à manier votre bébête et à la faire voltiger un peu partout, le jeu décidera de vous en mettre plein la gueule avec le premier acte de la Zone 3, « Starlight Carnival » (OMG SPOILERRRZZZZZZ). Et c’est à partir de ce moment précis que le jeu, déjà plus que sympathique, se décide à vous choper la gambette et ne plus vous lâcher. Parce qu’il est rapide, parce qu’il est beau, parce qu’il est grisant, et parce qu’en y jouant, on ne veut plus qu’une chose : un chocolat chaud et un pain au lait pour le goûter avant de regarder les dessins animés.

Sonic Colours a relevé le défi qu'aucun Sonic sur consoles n'avait réussi depuis une grosse décennie : Nous transformer en enfants de 9 ans, envoûtés et émerveillés devant une débauche de couleurs et de dépaysement. Grâce à des développeurs ayant compris ce qui faisait le sel de la série, je peux à nouveau clamer sans honte que j'aime le hérisson bleu. Merci Sega.

Tags: , , , ,

est joueur depuis 1988. Il aime jouer, boire, écrire, et draguer ta maman. Il te parlera surtout de rythm games, de trucs vaguement retro et de jeux de baston. Il est possible de le croiser dans quelque bar mal famé, sûrement en train d'activement préparer un test bourré. Un type bien, donc.
Email | Tous les posts de

6 commentaires »

  1. Raaaah Lovely !

    Tu m’as convaincu !
    Moi qui était embourbé dans le « Sonic Cycle » (oui, Sonic the Hedgehog PS3, Sonic Unleashed, je les ai… Sonic 4 rattrape un peu le coup mais sans saveur), j’ai l’impression que cette fois, je vais enfin reprendre mon pied sur un Sonic depuis que ma Megadrive est au grenier (pas eu la Dreamcast :’().

  2. J’avais vu vite fait une démo buggée qui ne me faisait pas spécialement envie, mais ca semblait être plus fun que le « Sonic 4″ (Notez les parenthèses) en morceaux qu’ils essayent de nous refourguer, donc à tester pour confirmer. Le gameplay des ptites bestioles ca coupe la rythmique ou ca enchaine dans le flow? Also le thème à la Owl City était plutot sympa de ce que j’en ai écouté

  3. Je vais juste poser ça là pour Pipo:

    http://sonicfanremix.com/

    Voila.

  4. « on ne veut plus qu’une chose : un chocolat chaud et un pain au lait pour le goûter avant de regarder les dessins animés. » ; « Nous transformer en enfants de 9 ans »

    => Je comprends tout à fait : au fond, c’est ce que je recherche en jouant encore aux jeu vidéo, c’est ma principale motivation… mais c’est impossible, quand bien même je me replonge dans les hits 8 et 16 bits grâce au retrogaming… sniff ;-(
    J’ai beau essayé tous les jeux (déjà cette attitude casse la magie de jouer comme un enfant : à 9 ans je n’avais pas la carte bancaire pour acheter plusieurs jeux chaque mois) actuels, oldies ou remix de oldies ; privilégier les titres aux musiques marquantes (réminiscence « auditive » ; cf. la madeleine de Proust) l’état d’esprit ne sera plus jamais le même…

  5. merci pour le rêve mais j’ai jamais été assez geudin pour m’acheter une wii

  6. J’ai essayé le jeu dans un magasin et à chaque fois que j’essayais de sauter, Sonic faisait une sorte d’attaque vers le bas si bien qu’il était impossible de faire quoi que ce soit. Il y a quelque chose que j’ai pas compris ou bien c’était la momotte du magasin qui était naze ? (elle avait l’air en bon état mais on sait jamais)

Ajouter un commentaire